La Tomate noire

Lorsque poser des questions devient un crime de la pensée

by on Jan.19, 2015, under Général

Les attentats commis en France dernièrement doivent être remis dans leur contexte plus large, soit leur contexte historique et politique. Autrement, on tombe vite dans le discours officiel simpliste qui voudrait que des «fous de Dieu» aient attaqué la République et notre liberté d’expression. Un peu comme dans Star Wars, une telle analyse place l’Occident du côté des gentils et les groupes terroristes combattant au nom de l’Islam du côté des méchants. Un peu comme le fait Marc-Andé Cyr[1] dans un article paru dans le Voir il y a quelques temps, j’aimerais ici revenir sur le rôle de l’Occident quant à la montée de ces groupes terroristes que nos dirigeants sont supposés combattre aujourd’hui. J’admets cependant aller un peu plus loin que ce dernier vers la fin de mon billet. En effet, je me réserve le droit de remettre en question la version officielle des évènements tels qu’ils nous ont été rapportés par les médias de masse, qui eux ne font que reprendre les informations fournies par les autorités en place. Alors que ce droit de soulever des questions est menacé en ce moment, il est impératif que ceux et celles qui ont des doutes par rapport à ce qui nous est dit puissent s’exprimer librement.

Tout d’abord, selon les propres dires d’Hilary Clinton, les États-Unis sont responsables de la création d’Al-Qaïda : http://youtu.be/Dqn0bm4E9yw.
Officiellement, le but était donc de repousser l’U.R.S.S. d’Afghanistan, mais un des principaux adjoints du Président Carter nous apprend au cours d’une entrevue que l’appui des États-Unis aux moudjahidines précède l’invasion de l’Afghanistan, invasion qui était donc désirée pour des motifs stratégiques [2]. Brzezinski y est très clair et considère que la chute de l’U.R.S.S. et la fin de la guerre froide étaient des objectifs plus importants aux yeux de l’Histoire que la montée en puissance de «quelques terroristes musulmans». Ces derniers devaient nous hanter le 11 septembre 2001, qui marque le début de la guerre contre le terrorisme, une guerre qui semble sans fin et qui ne semble pas déplaire à l’élite. Les États-Unis devaient par la suite envahir l’Afghanistan pour renverser les dirigeants qu’ils avaient contribué à amener au pouvoir puis deux années après venait le tour de l’Irak, bien qu’aucun lien avec le 11 septembre n’ait jamais été démontré. On n’y trouvera jamais non plus ces fameuses armes de destruction massive, principal prétexte mis de l’avant pour bombarder et envahir l’Irak en 2003.

Les choses ne s’améliorent pas lorsque l’on regarde du côté d’ISIS et de ses origines. De l’aveu même d’un ex haut gradé de l’armée américaine, l’Occident a contribué à la fondation d’ISIS en fournissant des armes à certains «rebelles» en Lybie pour renverser Kadhafi et en Syrie dans le but de combattre Assad : https://www.youtube.com/watch?v=Z_zf7GPQqxU. Encore une fois, on défend l’indéfendable sous prétexte que la fin justifie les moyens. Il n’est pas clair non plus que l’Occident ne supplémente plus ISIS en armes, si l’on se fie à certaines vidéos qui nous ont été rapportés : https://www.youtube.com/watch?v=gJlF7usHNss. La majorité n’y verra que de l’incompétence, mais plus on se demande à qui profite le terrorisme, plus il nous est permis d’en douter.

En effet, le délire sécuritaire qui suit les attentats[3] était prévisible et on peut penser qu’il était désiré depuis longtemps par l’élite. Maintenant que la France a subi des attaques sur son territoire, qui osera remettre en question le projet de loi antiterroriste adopté cet été par la France[4] ? Une chasse aux sorcières est lancée et toute personne qui ne se reconnaît pas dans ce nous que nos dirigeants veulent nous imposer est susceptible d’être traquée : https://www.youtube.com/watch?v=qc03SlaK_KA. On nous dit que la gauche doit accepter la militarisation de la police et ce n’est pas différent de ce côté ci de l’Atlantique : https://www.youtube.com/watch?v=nwbB–Uiw3Q .

Ce qui est plus difficile encore pour la population, en dehors de situer les évènements dans leur contexte plus large et avec plus de recul, c’est de remettre en question la version officielle des attentats, version fournie par les autorités en place et relayée par les médias de masse sans filtre critique. Si j’ai utilisé des sources officielles dans mon billet, ce n’est pas parce qu’on doit toujours s’y fier, mais bien parce que les gens accordent encore aujourd’hui plus de poids aux autorités «compétentes». Bien sûr, il arrive à celles-ci d’admettre certains faits où elles paraissent mal, mais c’est souvent des années après les évènements où celles-ci nous fourniront des informations qu’elles contestaient encore la veille. Sur le coup, elles nieront en bloc les informations provenant des médias alternatifs et de sources jugées moins crédibles et le public sera passé à autre chose quand il sera devenu inutile de cacher la vérité plus longtemps.

Revenons maintenant sur les évènements des dernières semaines. Ainsi donc, on nous rapporte que les terroristes auraient laissé derrière eux une carte d’identité, bien que tout le reste de l’opération ait été exécutée de manière très professionnelle :https://www.youtube.com/watch?v=dTRaRdtS0Wo. Ce n’est pas sans rappeler les passeports qui avaient été retrouvés à la suite des attentats du 11 septembre 2001, ceux-ci semblant encore plus résistants que les boîtes noires des appareils. Dans les deux cas, les «preuves» nous ont été présentées, alors que l’émotion et le choc ne s’était pas dissipée parmi la population. Celle-ci ne s’est pas arrêtée sur les détails de la trame narrative des évènements et ne semblait pas en mesure de relever les éléments plus suspects qui nous ont été présentés comme étant des faits avérés.

De plus, les médias de masse se sont peu arrêtés sur le cas d’un des suspects qui s’est remis lui-même à la police après avoir vu circuler son nom à la télé, disant avoir des alibis en béton. Celui-ci sera relâché peu de temps après, son innocence ne faisant plus aucun doute [5].Si une erreur de la sorte a pu être commise en ce qui concerne ce suspect, la République a-t-elle véritablement abattu les bons hommes? Il n’y aura pas de procès, donc ces derniers ne pourront ni se défendre, ni nous livrer leur version des faits. La population voulait des noms et des coupables. Les autorités leur en ont fourni en peu de temps, la question de leur innocence possible étant reléguée aux oubliettes.

Autre fait troublant peu mentionné par les médias, un enquêteur qui était penché sur cette affaire s’est suicidé lors de la rédaction de son rapport[6]. Celui-ci pourrait bien être tombé sur des éléments incriminant des gens qui préfèrent rester dans l’ombre. Tout ce qui ne s’emboîte pas parfaitement dans la trame narrative officielle est laissé de côté et seul-e-s des débiles oseront évoquer ce qui n’est pas largement diffusé par les médias de masse. C’est du moins la perception la plus répandue parmi le public. Le public ignore à quel point l’Occident est lui-même mêlé au financement et à l’armement de groupes terroristes et je pense que ce rôle ne s’arrête pas là. Les hommes qui sont désormais morts n’ont pas forcément agi seuls. Qui nous dit que les services secrets ne sont pas aussi dans le coup, les trois hommes abattus n’étant destinés qu’à prendre le blâme en lieu et place des autres coupables? L’hypothèse que ces derniers n’ont rien ou peu à voir avec les évènements tragiques qu’a connus la France ne peut être rejetée pour le moment. Pas si nous tenons à y voir plus clair dans ce qui s’est passé. Puis même s’il devait s’avérer exact que ceux-ci s’identifiaient à des groupes terroristes, cela ne veut pas dire qu’ils ont fait le coup de A à Z comme le laisse entendre la version rapportée par les médias de masse.

Et si la gauche se contente de retourner dans le passé des deux suspects pour pointer du doigt l’exclusion et la pauvreté pour expliquer ce qui a poussé ces trois hommes à agir, elle les condamne tout de même du même coup. Elle accepte également la version officielle des évènements, ne faisant que remplacer l’image des «fous de Dieu» par celle d’exclus de la société. Il est évident que nous devons lutter contre la pauvreté et l’exclusion, mais rien nous dit que cette histoire ne se résume qu’à cela. S’il est encore trop tôt pour blâmer les services secrets français d’être mêlés à tout ça, pourquoi ne serait-il pas aussi trop tôt pour condamner les frères Kouachi et Coulibaly?

Une chose est sûre à mon sens, ce ne sont certainement pas les musulmans et musulmanes qui bénéficieront de ces attaques, mais bien nos dirigeant-e-s, si prompt-e-s ici à se porter au secours de la liberté d’expression, eux et elles qui sont généralement silencieux et silencieuses en ce qui concerne nos droits à longueur d’année.

Je sympathise bien sûr avec les victimes de l’attentat, mais l’émotion ne devrait pas nous empêcher de réfléchir.
____________________________________________________________________________________________________________________
1 http://voir.ca/marc-andre-cyr/?p=433&preview=true&preview_id=433
2 http://www.liveleak.com/view?i=a13_1240427874
3 http://www.reuters.com/article/2015/01/12/us-france-shooting-idUSKBN0KK05S20150112
4 http://www.hrw.org/fr/news/2014/10/10/france-le-projet-de-loi-antiterroriste-constitue-une-menace-pour-les-droits-humains
5 http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1304429-hamyd-mourad-associe-a-la-tuerie-de-charlie-hebdo-le-fail-d-une-presse-irresponsable.html
6 http://21stcenturywire.com/2015/01/10/new-twist-charlie-hebdo-lead-investigator-turns-up-dead-suicided/.


Leave a Reply

 

Looking for something?

Use the form below to search the site:

Still not finding what you're looking for? Drop a comment on a post or contact us so we can take care of it!

Visit our friends!

A few highly recommended friends...